Tu adorerais avoir un blogue, mais tu remets toujours le projet à plus tard ? Tu as acheté ton nom de domaine, mais il prend la poussière depuis des mois ? Tu as écrit une demi-douzaine d’articles, mais tu n’oses pas les publier ?

Tu sais ce que tu dois faire, mais tu ne le fais pas.

Qu’est-ce qui t’arrête ?

Cet article, c’est un coup de pied dans le derrière pour toutes les personnes qui, comme moi, procrastinent leur projet de blogue depuis beaucoup trop longtemps.

Voici sept raisons de ne pas investir ton temps dans un blogue.

1. Tu ne sais pas comment faire.

« J’aimerais créer un blogue, mais je n’y connais rien. La techno et moi, ça fait deux, et je ne saurais même pas par où commencer. »

Écoute, je vais être honnête avec toi : c’est une très mauvaise raison de ne pas lancer ton blogue. Les outils, les connaissances et les ressources nécessaires n’ont jamais été aussi accessibles qu’aujourd’hui.

Il y a tellement d’articles qui montrent comment créer son blogue de A à Z qu’il serait impossible pour moi de tous les nommer ici. À ces articles s’ajoutent des vidéos, des webinaires, des formations gratuites, des formations payantes, des forums de discussion, des groupes Facebook, etc.

Tu devras choisir ton outil. Moi par exemple, j’ai choisi de monter mon blogue avec WordPress et le thème Divi. Tu pourrais choisir d’y aller avec une solution plus récente et plus novatrice comme Ghost, ou alors viser la simplicité en optant pour une solution clef en main comme SquareSpace ou Weebly.

Si tu veux connaître les outils et les technologies que je recommande, tu peux te rendre sur cette page.

Tu es à une recherche Google près de tout ce dont tu as besoin pour apprendre comment faire.

2. Tu ne veux pas apprendre

« C’est bien beau tout ça, mais j’ai déjà essayé et c’est trop difficile. Je suis technonul et je ne comprends même pas ce que je lis. »

Créer un blogue en 2017, c’est accessible à tous, mais ça nécessite un investissement. Ce qui est bien, c’est que tu as le choix : tu peux investir du temps ou de l’argent.

Si tu choisis d’investir de l’argent, tu vas sauver pas mal de temps. Tu peux trouver une agence ou un pigiste qui montera ton blogue pour toi. Toi, tu n’auras plus qu’à l’alimenter.

Si tu choisis d’investir ton temps, tu vas peut-être sauver de l’argent. En fait, ça dépend de la valeur que tu accordes à ton temps et à ce que tu vas apprendre dans le processus.

Prenons l’exemple de Valérie, qui est notaire, et Marjorie, une esthéticienne. Elles souhaitent toutes les deux créer un blogue pour leur entreprise. C’est une bonne idée : en publiant du contenu éducatif et intéressant sur leurs spécialités respectives, ces deux entrepreneures pourront se bâtir une crédibilité et trouver de nouveaux clients.

Sauf que leur temps serait probablement mieux investi à travailler sur le contenu du blogue en question, et à gagner de l’argent en faisant ce qu’elles aiment, plutôt qu’à s’épuiser à apprendre les rudiments du CSS et du PHP.

De l’autre côté, si on pense à Martin, un designer graphique, créer son blogue lui-même peut être une belle occasion d’ajouter des cordes à son arc en apprenant le fonctionnement d’un gestionnaire de contenu (comme WordPress) ou d’une solution comme Wix ou SquareSpace. Il pourra alors proposer un nouveau service à ses clients.

Apprendre à créer un blogue te paraît long et pénible ? Peut-être que ton temps pourrait être mieux investi. Et si tu allais chercher de l’aide pour le côté technique ?

Tu as fait le choix d’investir du temps dans l’apprentissage de la création d’un blogue ? Joins-toi à des groupes d’entrepreneurs, inscris-toi sur La Tranchée, écris-moi un courriel. Sois proactif et pose tes questions !

3. Tu n’as pas le temps

« Je vois bien que c’est faisable, mais je n’ai pas le temps ! Je suis tellement occupé, je vois mal comment je pourrais concevoir un blogue et l’alimenter régulièrement. Les blogues, c’est pour les gens qui ont du temps libre. »

Laisse-moi te présenter mon client, Jeff. Jeff est père de quatre enfants et il a une job de col bleu à temps plein. Cet été, pour la deuxième année consécutive, il a participé à l’organisation d’un gros événement près de Québec : une course à obstacles pour les pères et leurs enfants qui a attiré au moins 7000 personnes, la Cool Dad Race.

Jeff est le papa derrière le blogue CoolDad.ca et la page Facebook du même nom. Il produit lui-même le contenu pour son site et ses réseaux sociaux. Et il s’en sort plutôt bien, avec plus de 200 000 abonnés à sa page. Son contenu est directement inspiré du temps qu’il passe avec sa famille (parce que oui, il trouve du temps pour ça aussi !).

Est-ce que c’est un magicien ? A-t-il découvert le secret du voyage dans le temps ?

Le temps, c’est une question de priorités. Chaque jour, tu décides comment tu vas utiliser chaque minute de ton temps.

Moi par exemple, j’ai choisi de prendre un après-midi pour rédiger cet article et travailler sur mon blogue. Ce choix implique que j’ai repoussé ou abandonné d’autres tâches ou activités, dont certaines qui peuvent sembler plus pressantes (répondre à mes courriels) ou plaisantes (regarder un épisode de ma télésérie du moment).

Nous ne pouvons pas tous être des overachievers comme Jeff. Je te demande seulement d’être sincère avec toi-même : est-ce que tu manques de temps, ou est-ce que tu ne prends pas le temps ?

4. Tu n’as rien à dire

« Je suis passionné par mon sujet, mais je suis loin d’être un expert. Il y a des gens beaucoup plus calés que moi qui écrivent sur le sujet. Pourquoi les gens me liraient moi plutôt qu’un autre ? »

Tu n’as pas besoin d’être un expert.

Je n’ai encore jamais rencontré quelqu’un qui n’avait rien à m’apprendre. Tu en sais toujours plus qu’une autre personne : c’est pour elle que tu dois écrire.

Je ne suis pas une gourou du marketing web. Je ne suis pas diplômée d’une grande université ou sortie d’une grosse boîte de pub. J’écris sur le sujet parce que ça me passionne et que je veux partager ce que j’ai appris, ce que j’apprends et ce que je vais apprendre dans le futur.

Pour savoir si tu en sais assez sur un sujet pour y consacrer ton blogue, tu as une seule question à te poser :

Qu’est-ce que je peux offrir à mes lecteurs ?

Je n’ai peut-être pas une maîtrise sur le sujet, mais je m’intéresse au web depuis toujours et au marketing depuis bientôt trois ans. J’ai aidé plusieurs entrepreneurs à obtenir plus de résultats en ligne. J’ai conçu des sites web, des tunnels de vente et des séquences de courriels.

Est-ce que je suis l’experte numéro un en marketing web au Québec ? Bien sûr que non. Est-ce que je peux offrir du contenu éducatif et pertinent à mes lecteurs sur le sujet ? Bien sûr que oui !

5. Tu écris mal

« L’écriture, ça n’a jamais été ma force. Je fais plein de fautes. Je n’ai pas de style. Je suis loin d’être écrivain. Je n’ai tout simplement pas de talent. »

Tu as de la difficulté avec la grammaire et l’orthographe ? Achète Antidote. Ce n’est pas ce qui fait le succès d’un texte. La syntaxe et le choix des mots sont bien plus importants. Les bons conteurs font les meilleurs écrivains, pas les correcteurs du Ministère.

Tout le monde écrit. Ce n’est pas moi qui le dis, c’est le titre d’un excellent livre sur la rédaction marketing, Everybody Writes de Ann Hadley. L’argument central de son bouquin, c’est que tout le monde est écrivain sans le savoir, et que tout le monde a le potentiel de bien écrire.

Tu écris tous les jours. Tu rédiges des statuts Facebook, tu échanges avec tes amis via Messenger ou par messages textes. Tu envoies des courriels. Tu écris des commentaires sous des articles de blogues.

Écrire, ce n’est rien de plus que rassembler des mots pour communiquer. Si tu peux parler, tu peux écrire. Et si tu peux écrire, tu peux apprendre à bien écrire.

Ce n’est pas une question de talent, c’est une question de volonté, de temps et d’effort.

Pour écrire mieux, il faut écrire plus. Tous les jours si tu en es capable. Il faut observer ce que les autres font et imiter les blogueurs que tu aimes.

6. Tu cherches la perfection

« Mon blogue est presque prêt, mais j’ai l’impression qu’il manque quelque chose. Je n’ai pas eu le temps de tout optimiser comme il faut. J’ai écrit pas mal d’articles, mais je veux les relire une dernière fois avant de les publier. »

Je travaille sur ce blogue depuis plus d’un an et j’ai comme projet d’en créer un depuis au moins trois ans. La personne qui parle entre les guillemets, cette fois, c’est moi. J’ai procrastiné mon lancement tellement longtemps que c’est devenu une blague entre mon copain et moi.

Si tu cherches un peu, tu trouveras toujours quelque chose à changer, à améliorer ou à recommencer. Si tu attends la perfection, tu ne mettras jamais ton blogue en ligne.

7. Tu as peur de la critique

La vérité, c’est que cette recherche de la perfection cache une peur ordinaire et universelle : la peur de la critique.

La peur que tes textes ne soient pas assez bons, ton blogue pas assez sexy.

Il ne reste alors qu’une chose à faire : cliquer sur « Publier ».